Edito

Le feu, en vrai, il sait où il va.
S’enroulant, envoûtant, la flamme s’allonge : la nuit se prolonge.
Approchez-vous, n’ayez pas peur : on dansera à la chaleur.
À la fraîcheur d’un regard neuf, la première fois voyant la danse,
la chaleur douce qui délit, c’est dans la corde que ça vit.
Osons de beaux décolletés, de nuit des danses endiablées.
Un bout de feu, une étincelle, un seul éclair, me met en selle… je te montrerai,
toi qui en es, ébloui par la lune brune, et curieux de savoir comme font,
ce qui du feu, sans le dompter, arrivent à s’en débrouiller.
Ne crois pas que tu ne le peux. Comme le feu, tu peux voir grand.
Vas-y, rêve du firmament, rien n’éteindra ce que tu veux.
Nous parlons fort, nous parlons clair. En occitan, ça nous est cher.
Ta langue peut tout raconter. Pour sûr, elle sonne, il faut t’y fier.
Mais notre feu, tu en auras, au détour, il t’éclairera.
Puis ça et là tu t’en iras, la tête haute tu chercheras
D’où vient cela, ça y est, tu sais. Le feu, des autres, t’a rapproché.

Lo huec, sabetz, que sap on va.
S’entormeliga, encapborrida, la hlama longa : la nueit perlonga.
Hètz-v’i ençà, n’agitz pas paur : s’i dançarà, a la calor.
Dab la frescor deus uelhs lusents, peu permèr còp espiant la dança,
la doça aujor deus qui’s desgansan, ua còrda qui’s viu au present.
B’ròjas gojatas desgaveradas, bèras camadas de nueitejadas.
Un tròç de huec, ua purna au bèc, un eslambrec, que i soi còp sec… t’amuisharèi
quin t’ac virar d’aqueth varam de lua blua, d’aqueth espèr d’escotar los,
qui ne’u maseran mes qui saben, quin va lo huec, on a la saba.
Ne credis pas que ne pòts pas. Qu’ès com lo huec, pòts har en gran.
Hè-t’i, sauneja deu lugran, arren ne’t poirà estupar.
Que parlam hòrt, que parlam clar. Dab estrambòrd, en occitan.
La lenga toa qu’ac pòt tot díser. Segur que soa se n’as l’ahida.
Qu’avem lo huec, te’n balharam, aus viraplecs, l’alucaram.
Poiràs anar d’un bòrd, de l’aute, tostemps qu’auràs la tèsta hauta.
Que diseràs : que sèi d’on vien. Lo huec, de tots, que’m hè tanhent.