Ponts e Palancas
Ponts et Passerelles

Le thème de cette 11ème édition : ponts et passerelles

Voyez-vous, sur un pont, ce qu’il y a d’agréable, de parfaitement délectable, c’est s’arrêter un instant et scruter patiemment, comprendre ce que l’on passe.
Imaginez seulement un pont que l’on emprunterait, sans rien voir, sans rien apercevoir, avec de grandes barrières pleines, si hautes qu’elles nous enlèveraient tout point de vue, toute envie de savoir, seulement de suivre, et de s’en trouver bienheureux, rassuré, une fois l’obstacle franchi, dépassé.
Mais bien plus qu’un obstacle, un indispensable environnement, mouvant. Que l’on appréhende, l’on cherche à comprendre, jusqu’à ce qu’il en soit riche, émouvant. Tenace, même, par ses contours réclamant des prouesses. Vorace, leste, à la poursuite d’éclairs de sagesse. Réclamant, souriant, des passerelles de fortune : embarquez, venez les tresser, les déployer, des langues déliées aux rythmes obstinés. Et pourquoi pas, parfois, s’élever, au dessus de la mêlée. Un pont est jeté, allez-y, foncez !

Ponts e Palancas

Vedetz, sus un pont, çò de plasent, regaudissent, qu’ei s’estancar un moment e lutzar pacient, compréner capvath çò de passat.
Imaginatz sonque un pont on s’i anaré, shens arren véder, ni apercéber, dab granas cledas, òrbas, tan hautas que’ns tirarén la vista, la hami de saber, tà seguir e sonque, e se’n trobar benurós, rassegurat, un còp l’empach franquit, trespassat.
Mes hèra mei qu’un empach, un entorn de non pas deishar, mavedís au mei har. De plan compréner, de bon enténer, tiò que’n vadi lusent, esmavent. Ponhastre e tot, per hà’n lo torn dab valor. Glapaut e lèste, a gahar tròç de rason. A tot hòrt volent, tostemps arridolent, palancas e ponticas : embarcatz-ve, tà trenar-las, espandir-las, de lengas a desligas tiò ritmicas encapborridas. E perqué pas, a còps, ua ahautada, au demiei de la mesclada. Qu’avem pausat un pont, anatz-i, tà de bon !