Bon ans
Bon anniversaire

Cette année, au Primtemps, que fait-on ? Nous fêtons ! Nos années, les belles années, celles passées, celles à passer. Et nous offrons, comme on nous offre. Parce qu’on ne saurait offrir que ce qui nous plaît, ce qui nous tient, ce qui nous sied, ce qu’on transpire, comme on respire, qui nous transporte, qu’on veut porter. Et voir à d’autres ce que ça fait. Peut-être beaucoup. Peut-être rien, ou pas encore. Ou bien parfois, à quoi ça rime ? Qu’est-ce donc là, où vous allez ?Mais si on se tait, personne ne pourra, personne ne voudra, nous comprendre, nous entendre, nous connaître, nous trouver. Alors à quoi ça rime… cherchez !Et voyons donc ce que nous dit ce calendrier ? 2018, oui bien sûr, ça pourrait rimer : 1218… inconnu, 1918… oublié, mais 68, ou même 98, ça pourrait aller, reste l’histoire à inventer. Faites la vôtre et comparez. Mais nous, on veut bien vous raconter une de ces traditions inventées. On va bien rire et on va rimer : 1948, une paire d’échasses est arrivée, et ses bruits secs vont nous rythmer. Raison de plus pour continuer, chanter, jouer, courir, sauter. Vos traditions, il faut chercher. Inventez-les, faites une histoire à partager. Et puis offrez comme vous voulez. A qui viendra vous écouter, vous donner de belles années. De belles années à fêter.


Augan, au Primtemps, çò que hèm ? Que hestam ! Nostas annadas, las beròjas annadas, las passadas, las a passar. E qu’auherim, com e ns’auherishen. Pr’amor non saurem pas auherir sonque çò qui’ns platz, çò qui’ns tien, çò qui ns’està, çò que transpiram, tau com respiram, qui’ns transpòrta, que volem portar. E véder a d’autes çò que hè. Lhèu hèra. Lhèu arren, o pas enqüèra. O a bèths còps, e tà qué har ? Çò que s’apèra, on vòs anar ?
Mes se’ns caram, arrés non poirà, arrés non vorrà, comprene’ns, entene’ns, coneishe’ns, e’ns trobar. Lavetz, entà que har… cercatz !E vam çò que’ns ditz aqueth calendari ? 2018, òc segur, que ns’ac poirem virar : 1218… desconeishut, 1918… desbrombat, mes 68, o 98, que poiré anar, damora l’istòria a inventar. Hètz-ve la vòsta e comparatz. Mes nos, qu’ac volem jà, contà’vs ua d’aqueras tradicions inventadas. Que vam plan arríder e que vam rimar : 1948, un par de chancas qu’ei arribada, e sons còps sècs que’ns van ritmar. Rason de mei tà contunhar, cantar, sonar, córrer e sautar. Tradicions vòstas, las cau cercar. Inventatz-las, hètz ua istòria a partatjar. E puish auheritz com vólhitz. A qui’vs vieni escotar, bèras annadas balhar. Aqueths bons ans a hestejar.